Nos morts dans nos vies!

La mort et le deuil

Dans le dédale des émotions, il n’y a pas de calendrier. Ni de règles gravées dans la pierre pour déterminer quand et comment nous devrions pleurer nos proches disparus. Chaque parcours de deuil est unique, tissé de souvenirs, de douleur, et parfois même, d’une complexité déconcertante. Alors, à quel moment faisons-nous le deuil de nos êtres chers ? Et à quel moment le poids de la mort s’apaise-t-il, pour céder la place à la lumière de la vie ?

La mort et le deuil
Crédit photo @ Joël Garnier

Un questionnement intime: Qui pleurer et quand?

La mort et le deuil ne sont pas une route droite et linéaire. C’est un voyage tortueux, semé d’embûches et de détours inattendus. Le post Instagram sur ressort.eu soulève cette question poignante: « À quel moment je fais le deuil de mon frère, quand mon conjoint décède 20 mois après ? », qui résonne profondément avec celles et ceux qui ont connu des deuils multiples. Comment pouvons-nous déterminer qui pleurer, et quand, lorsque le cœur est déchiré par la disparition de plusieurs êtres chers ?

Le quotidien et l’instant présent: des guides inattendus

Peut-être que la réponse réside dans le tissu même de notre quotidien. Ce sont les enfants qui rient, les amis qui écoutent, les événements qui se déroulent, les saisons qui changent. Ce sont les petites choses qui ravivent la mémoire de ceux qui ne sont plus là : une chanson entendue, une photo encadrée, un plat cuisiné avec amour. Ces éléments tissent les fils invisibles qui nous relient à nos disparus, nous rappelant qu’ils sont toujours présents, dans nos cœurs et dans nos vies.

Se libérer des injonctions et s’imprégner de la vie

Dans ce labyrinthe d’émotions, il est tentant de se perdre dans les attentes de la société qui dictent quand et comment nous devrions pleurer nos morts. Mais peut-être que la clé réside dans le lâcher-prise, dans l’abandon des jugements et des injonctions. Peut-être que nous devrions nous imprégner de la vie elle-même, en vivant nos deuils comme bon nous semble, au gré de nos émotions et de nos souvenirs.

Honorer nos morts en vivant nos vies!

Nos morts ne disparaissent pas vraiment. Ils continuent à vivre à travers nous, dans nos souvenirs, nos actions, nos paroles. Alors, pourquoi ne pas honorer leur mémoire en vivant pleinement nos vies, en pleurant quand nous en ressentons le besoin, en souriant quand les souvenirs nous réchauffent le cœur ? Nos morts font partie intégrante de nos vies, tissant une toile invisible qui nous relie à notre passé, tout en nous guidant vers l’avenir. Et dans cette danse éternelle entre le chagrin et la joie, nous trouvons la véritable essence de la vie elle-même.

L’équipe RESSORT!

1 réflexion sur “Nos morts dans nos vies!”

  1. Comment honorer mon amour défunt en vivant ma vie ? Comment laisser qqun prendre sa place qui était à mes côtés ? Ils continuent à vivre à travers nous comment ? Et comment Honorer sa mémoire en vivant pleinement ma vie qui a perdu tout son sens sans lui ? Comment il me guide vers l’avenir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut